Écrits autour de l’art contemporain

[sans titre] texte in progress

Publié le 21 juillet 2006
par Thomas Braichet
imprimer

(un regard comme un escompte sur les yeux)
Des halos rouges et verts s’estompent mats dans le brouillard
le paysage du payage
on a payé on a le droit de sortir Une sortie on sort
Il esquisse un sourire prospectif : il reconnait.
C’est devant d’agréables perspectives que l’homme est à son plus vif.
Reconnaitre c’est l’escompte sur les yeux qui n’esquinte rien.

On est aux deux tiers.
La climatisation à peine allumée, sur un, deux tout au plus, couvre à peine les
f’z s s’cc s.
Constamment f’z s s’cc s fusent ces succints sons, quelque mouvement que soit
contact avec imprimé sur ce revêtement : à coup sûr du skaï.
contact sur du skaï. Qui le

des noms
Qu’il connait presque tous presque tous les kilomètres.
un bourdonnement
Près de l’oreille ça bat ses ailes bat ses ailes s b s-z b s-z.
Un,
qu’il --- écrasze --- sur
(contre)
sûr,
la vitre.
Il plisse les yeux j’atténue les éblouissements,
dé/calle re/calle /calle sa tête j’évite un reflet
contre la vitre colle sa tête.
à travers ces entrailles le paysage gagne une consistance.
Il craque un sourire j’ai fait mouche qu’un panneau s’intercallant
entre sa vue à travers et l’objet de sa vue, lui retire.
les noms sur le panneau qui file

le téléviseur toujours dégorge son flot de lumières


Tinte, tinte.
ça ralentit

des sirenes bleues caressent leurs yeux.
un homme une moto un homme un homme une voiture un homme un corps un mort
consistant ; ses entrailles font paysage.

Toujours f’z s s’cc s
Sûr déjà sur deux.
R ça ronronne
ça ses fesses le sentent
f’z s s’cc s ça ses fesses le sentent s s’cc s le démangent
alors
d’une il se loge slip en fesse de l’autre se l’en déloge
ça ses fesses le démangent ses doigts le sentent
Là ça ça le ***
alors
il se gratte.
L’AIR EST INTENABLE,
on passe sur trois ou quatre.

des kilomètres de reconnu
un r assurant goût de crû
R
ça ronronne

Un pays générique age magnifique applaudissements se présente aux yeux.
applaudissements Sur la rive d’une rivière, maigre, se rires déroule
à presque perte de vue une prairie à herbe haute. Celle-ci pourrait,
Ah ----- expectatif s’éloignant, sembler s’évanouir dans l’à-plat bleu rires
ciel, feindre de se fondre, mais n’amène le regard que sur, dispersés
ça et rires là, et là, ça : des arbres d’autant d’espèces que de formes
de couleurs de parfums qui se mêlent montent donc croissent dans l’air
perturbant rires l’azur à plat. Ensembles, rires à des hauteurs qui rires
fatiguent puiqu’à presque perte de vue. Stoppé applaudissements dans
son élan sans être Oh ------ d’atteinte consentie à la morale jamais rassasié
rires le regard re applaudissements retraverse à contre-courant les
applaudissements flots de rires verdure, rires pause rires un instant rires
... murmure qui prépare un apogée (rires&applaudissements) cet apogée
satisfaction
Son attention, asphixiée d’un vent rires enregistré.
des kilomètres de noms défilent

des noms défilent

(rires et applaudissements laissent place en l’air à ce qu’ils masquaient)
juste là :
à l’inattention un bruit tout alentour blanc,
(s)on entend(ement) plus rien,

il se met à somnoler quand derrière l’autre :
connard semblant prendre à tâche de ne rien faire qui ne puisse attirer l’attention,
connard qui lui passe devant en un évènementiel d’c’ps ----ah de (1664) satisfaction ;
connard semblant prendre à tâche de ne rien faire qui ne puisse attirer l’attention,
exprimant sa pomme d’Adam bat la mesure de son débit tout son soûl à l’instar
des films-tous parlent très fort, des soirées-tous parlent très fort, que l’on quitte
accompagné d’un bourdonnement d’oreille dont l’on s’aperçoit le silence revenu

le film le générique du film
c’est terminé

bientôt Phileas, bercé par le silence revenu
R,
quiétude de la mécanique
fiabilité et douceur
sourde,
ronfle lourdement.

quand derrière
l’autre qui
soubresaute sa place
se boit dessus

Quatrième heure fesses posées-adossé sur le skaï fuse constamment f’z s s’cc s
à plus ou moins deux tiers de la destination

sur le skaï fuse le bruit de quoi que ce soit sur,
(contre)
sûr,
du skaï des kilomètres de
qui le

humidité
et chair de poule
sueur muscles horripilateurs
climatisation
sur trois ou quatre.

le mal de la route

dans quelques heures demain le bus sera arrivé à destination où (l’aventure) commence. Sa destination favorite. RE-commence.
Il connait le re : un escompte sur les yeux un sourire un rien qui escamotte toute découverte
Ca repart, pour dire il revient toujours là. Et le redire. Alors commence le re.

des noms

Qu’il connait presque tous presque tous les kilomètres.
un nouveau film un nouveau générique des nouveaux noms

Qu’il connait presque tous


[ce texte est paru en cinq étapes entre le 21 juillet et le 6 septembre 2006]
[Voir également la captation de l'abus du bus ou l'homme a bu]

>> <<